Biographie

 

L’histoire de ma vie musicale commence avec un vieux piano familial sur lequel je pianote régulièrement.
Puis se poursuit quand à l’âge de 7 ans, un violon entre dans ma vie… pour en ressortir peu de temps après.
Et bientôt je découvre un autre instrument à cordes : la Harpe, beaucoup plus imposant et fascinant. J’ai 10 ans et je trouve que c’est grand et que ça « sonne beau ». J’intègre donc la classe de Harpe du Conservatoire National de Région de Grenoble où je resterai jusqu’à l’obtention de la Médaille d’Or.
Puis une année d’études à l’Ecole Normale de Musique de Paris et une classe d’écriture musicale (Harmonie et Contrepoint).

1989

un virage à 90° s’amorce

Je pars pour un séjour de 8 mois au KOWEIT dans un hôtel luxueux où je pratique la musique d’ambiance avec un violoniste et un bassiste, avec lesquels je m’initie au jazz, musique que je décide alors d’étudier.
Mais ce ne doit pas être simple de se mettre au jazz quand on est harpiste…
Il n’y a aucune méthode existante, ni même aucun professeur de harpe jazz en France.
Comment faire ?
Je commence des cours d’harmonie jazz avec Pierre Drevet (qui sera plus tard le trompettiste de Liane Foly) et je pars pour un stage en Ecosse afin de rencontrer la harpiste de jazz Américaine Deborah Henson-Conant.
Au passage, j’effectue une brève apparition à la télévision aux cotés de Zucchero dans l’émission Champs-Élysées à Grenoble.

1991

Je pars aux USA à Boston étudier pendant un an avec Deborah Henson-Conant, dont la renommée est internationale.
En Avril 1992, Deborah Henson-Conant invite Magali Zsigmond et la harpiste Autrichienne Monika Stadler à jouer en concert avec elle : « the Harp Breakers, a jazz harp cabaret » remportent un beau succès.

1993

Une bonne année…

1er Prix du Concours International de Pop et Jazz HarpFest à Chicago.
S’ensuit une série de prestations notamment lors de la 31ème Conférence Nationale de l’American Harp Society à Boston (1994)
Puis au Pop et Jazz HarpFest à Tucson, USA (1995).
Parallèlement à cette ouverture vers le jazz, je rencontre le flûtiste de Pan Jean-Claude Mara. S’enchaînent alors des tournées internationales entre 1993 et 1997 en Allemagne, à Jérusalem, au Japon, à Paris (notamment Eglise Sainte Eustache devant 3000 personnes)
Enregistrement en 1994 d’un CD « Allegoria » (musique « improvisée méditative »).
Mais revenons au jazz,

1995

Rencontre avec Bruno Delepouve, batteur et formation d’un trio jazz avec le bassiste Frédéric Vieste. Tournées de concerts à Paris.
Dans le même temps, ouverture de la 1ère classe de harpe jazz en France à l’école de jazz ARPEJ à Paris.
Puis c’est le compositeur et contrebassiste Patrick Manet qui fera partie du groupe. Nos compositions constituent la majorité du répertoire du MZ TRIO.
En Août 2000, sortie du CD « Tout Va Bien ».
Nos concerts nous amènent de Bourges (Festival « Un été à Bourges ») à Cogolin (Jazz Club de l’équipe Jazz à Ramatuelle) en passant par Clermont-Ferrand (Festival des Musiques Rares), Maubeuge (Festival de Harpe en Asvenois), Dinan (18è Rencontres Internationales de Harpes Celtiques), Fontenay le Comte, Niort etc.…
Autre formation totalement inédite, le duo HARPOSPHERE en compagnie du batteur Bruno Delepouve, duo exclusivement réservé à la musique d’ambiance.
Nous aurons l’occasion de nous produire intensivement entre 1997 et 2004 dans des hôtels et restaurants luxueux et pour des manifestations très éclectiques avec un répertoire tout à fait original et novateur.

En 2001

Magali découvre la harpe celtique électrique , rajoute un pédalier d’effets et commence à écrire un tout nouveauu répertoire. Depuis, elle se produit soit en solo ; soit avec le trio recomposé de Patrick MANET, à la contrbasse, et du batteur Luc DIABIRA, tous deux musiciens connus de la scène Rochelaise et Nationale ; et en utilisant toujours ses deux harpes électriques (harpe classique et harpe celtique).
En juin 2007, Magali Zsigmond sort un tout nouvel album « Harpa Incognita« , CD de harpe celtique électrique teinté de quelques machines électroniques, orchestrées par Pascal Lamour « l’électro-shaman breton », qui viennent enrichir et se fondre dans le son puissant de cette électro harpe.
Dernièrement, le Trio « Magali Zsigmond N’Friends » a eu l’opportunité de se produire au festival «  Jazz à Vannes  » avec succès.

2008 & 2009

Magali s’est également produite en Novembre 2008 au Festival Français de Canton en Chine et en Novembre 2009, au Festival Mundial del arpa à Asuncion au Paraguay.

Depuis

Elle se produit en solo, en duo (harpe et batterie) ou en trio (harpe, contrebasse, batterie), propose des prestations événementielles pour des cocktails, des mariages …

En 2011

Elle a intégré le groupe de Simon Nwambeben (chanteur guitariste Camérounais, installé à Nantes) et dont le groupe est constitué de guitare/chant, harpe, violoncelle, batterie….un autre métissage atypique !

 

Récemment, Magali a créé un nouveau groupe OZ’Ephémère avec la harpe celtique électrique, effets électroniques et voix , Sophie Perrain aux saxophones et Bruno Delepouve à la batterie.

OZ’Ephémère, est un laboratoire de sons et d’émotions où se crée une musique de l’instant, totalement éphémère.

OZ’ Ephémère, c’est un voyage au coeur de la nuit, l’instant propice pour abandonner tous ses repères.

En Mars 2016, le groupe a bénéficié du soutien technique de l’équipe de La Poudriere renforcée par la présence d’Arnaud HOUPERT (studios U FLY, Violons sur le Sable, Cellosubito . . . . ) dont le savoir faire et l’ouverture d’esprit correspondaient totalement aux besoins exprimés par les artistes pour un travail touchant autant le son que le scénographie visuelle.